• Veeee se souvient de la BO de "Buffy"

    Aujourd'hui je laisse la parole à une nouvelle guest star, @Veeee, qui a souhaité partagé ici un souvenir: celui de la découverte de la BO de Buffy. Je me suis pas mal retrouvée dans son texte, sauf que ma chanson, mon hymne à moi c'était la piste 13 "It doesn't matter" d'Alisson Krauss et Union Station (mon adolescence étant plutôt mélancolique et mes goûts en matière de musique déjà bien orentés du côté de la folk).

    Mais je m'égare. Je me retire donc et laisse la parole à @Veeee. N'hésitez pas à lui laisser vos commentaires.

    **********************

    Début des années 2000. J'ai quatorze ans, une coupe de cheveux discutable, des Doc au pieds, un sac DDP, et je traîne mon mal être dans un nouveau collège. Bref, je suis une ado. Et comme tous les ados de la fin des années 90/ début des années 2000, j'ai mes obsessions : le magazine XL (j'ai appris il n'y a pas longtemps que ce magazine était en fait destiné à un lectorat masculin. Hors-sujet.), les samplers de Rocksound (avec Thomas VDB à l’intérieur, si si), et Buffy contre les Vampires.

    On ne va pas se mentir, Buffy Summers a changé ma vie. Beaucoup.

    Et sa bande-son reste l'un de mes meilleurs souvenirs d'adolescence.

    Parce qu'à quatorze ans déjà, je consommais de la musique de façon compulsive. MTV, (pour les plus jeunes d'entre vous, oui MTV a été une chaîne musicale autrefois), Radio 21, une radio Belge totalement frappée et jouissive, le fameux magazine Rocksound, et les Black Sessions de Lenoir que je repiquais sur mes cassettes audio... Impossible de sortir sans mon baladeur cassette vissé aux oreilles.

    Et tous les samedi soirs, devant la Trilogie du Samedi sur M6, je ris, je pleure, je frissonne avec le Scooby-Gang. Et je rêve d'aller au Bronze, le club de Sunnydale blindé de groupes rock, parfois pop-punk ou plus acoustique. Je veux jouer avec les Dingoes Ate My Baby, le groupe de Devon et Oz. Je reconnais quelques morceaux, qui passent à la radio tard le soir. Je les repique.

    Au printemps 2000, j'ai pour la première fois le droit à 200F d'argent de poche par mois. Environ 30€. La liberté.

    Dans ma petite ville frontalière, on reçoit les CD au rythme des sorties belges.

    Buffy The Vampire Slayer, The Soundtrack, sort un lundi. J'ai mes 200F en poche. L'album coûte 190F, tant pis pour mes magazines et mes Têtes Brulées (meilleurs bonbons du monde!). Quand je rentre chez moi cet après-midi là, je passe l'album en boucle. Les guitares du générique explosent dans ma chambre. Je découvre Guided By Voices ("Teenage FBI", qui apparaît dans « Out of mind, out of sight »), Bif Naked, et Four Star Mary (qui se cachent derrière Dingoes Ate My Baby). Les jours qui suivent, je les passe le casque sur la tête, imaginant la bande-son de ma vie parfaite avec Hepburn ("I Quit", un tube, et mon motto interne contre le monde entier ) et Black Lab ("Keep Myself Awake"). Mais le morceau qui me reste en tête, quelque treize ans plus tard, c'est une reprise des Rolling Stones, jouée par un groupe anglais « des années 90 ».

    Le "Wild Horses" des Sundays est lié à l'un des moments les plus émouvants du show, lorsque, lors du bal de promo, Sunnydale High nomme Buffy Summers « Class Protector », et que son amour impossible, le ténébreux Angel, l'invite à danser, sous le regard ému de Rupert Giles, l'Observateur, la figure paternelle : la normalité à laquelle cette ado Tueuse de Vampire aspire depuis toujours arrive enfin, même si l'Apocalypse tant redoutée va évidemment pointer le bout de son nez. "Wild Horses", donc, ses douces guitares et la voix de Harriet Wheeler. Le calme avant la tempête, et l'espoir que les choses s'améliorent avec le temps. Et quand on a quatorze ans, qu'on a du mal à trouver sa place, et qu'on rêve de se tirer de cette petite ville où tout est figé... ça veut dire beaucoup.

    J'ai acheté d'autres Bandes Originales dans la foulée : Scream, Dawson's Creek, American Pie... Mais aucune d'elles n'a ce goût de l'adolescence fière, revancharde et pleine d'envies d'ailleurs. Aucune d'elles n'arrive vraiment à la cheville de Buffy. Après tout, c'est elle l'Elue.

    par @Veeee

    « Les titres français d'épisodes, cette source inépuisable de consternationDany vous explique... le modèle scientifique »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :