• Petit calendrier de l'avent des séries. Un billet par jour, simple image/vidéo ou texte plus long.

    On commence avec cet extrait de "Excelsis Deo", épisode 10 de la première saison de The West Wing.


    votre commentaire
  • Prenez un dimanche soir, des twittos et une liste des meilleurs personnages féminins de série, et vous obtenez un gouvernement farfelu et pourtant tellement plus satisfaisant que la réalité...

    participants: @mrrainwhisper, @ladyteruki, @lordofnoyze, @TheodoraManzana, @gehenne, @TToeman, @Drianis_A, @Sev__, @LudoBoggio et @TaoCritik

     

    Ce gouvernement rêvé

    1er ministre: C.J. Cregg

    ***

    Ce gouvernement rêvé

    Ministre de la Justice: Alicia Florrick

    ***

    Ce gouvernement rêvé       Ce gouvernement rêvé

                              Ministres de l'Intérieur: Claudette Wyms et Lilly Rush                                             

    ***

    Ce gouvernement rêvé

                   Ministre de l'Environnement: Leslie Knope             

    ***

    Ce gouvernement rêvé

    Ministre de la Santé: Dr Lisa Cuddy

    ***

    Ce gouvernement rêvé

                      Ministre des Affaires Étrangères: Fabienne Lepic

    ***

    Ce gouvernement rêvé

    Ministre des Arts: Claire Fisher

    ***

    Ce gouvernement rêvé Ce gouvernement rêvé Ce gouvernement rêvé

    Ministres des médias et de la presse: Leona Lansing, Dana Whitaker et Jordan McDeere

    ***

    Ce gouvernement rêvé

    Ministre du Commerce: Anya Jenkins

    ***

    Ce gouvernement rêvé

    Ministre du Droit des Femmes: Roseanne Conner

    ***

    Ce gouvernement rêvé

    Ministre de la Défense: Aeryn Sun

    ***

    Ce gouvernement rêvé

    Ministre de la Jeunesse et des Sports: Faith

    (oui, je sais, c'est une photo d'Écho)

    ***

    Ce gouvernement rêvé

    Ministre de la Recherche et des Sciences: Winifred Burkle

    ***

    Ce gouvernement rêvé

    Ministre des Transports: Olivia Dunham

    ***

    Ce gouvernement rêvé

    Porte-Parole du gouvernement: Joan Holloway


    1 commentaire
  •  

    Je préfère l'ouverture des Jeunes Filles en Fleur à celle de Swann. Comment peut-on vouloir revivre le soir ? Chaque fois que le soleil disparaît, revient l'ondulation primaire, le balancement qui ne cesse jamais : entre sanité et abîme, entre réel et tourmente. Même quand le corps est immobile, la lumière éteinte, les draps lourds sur la peau, l'esprit balance. Et avec lui tous les muscles, tous les organes, toutes les cellules. D'avant en arrière en avant en arrière. Jusqu'à ce que, soudain, on tombe. Alors, dans un sursaut du corps tout entier, on ouvre, effaré, les yeux et l'âme. Et l'incongruité du réel nous submerge. Qui pourrait préférer cela à la ligne continue du matin ?

    Le matin premier est celui des volants roulants pas entièrement baissés qui laissent filtrer la lumière. Sans lunettes, les petits ronds sont des taches qui rappellent les guirlandes du sapin. Elles se mêlent les unes aux autres, formant lignes et motifs.

    Rien n'est alors décidé, rien ne se joue d'autre que ma volonté dans ce temps suspendu.

    Au bord du monde.

    Pas d'oscillation mais ce mouvement plat, presque imperceptible, qui rapproche de ce que j'imagine être l'avant. Ou l'après. Avant que le monde ne se mette en branle, après qu'il se fut tu.

    Les yeux fermés ou à demi clos, l'ouïe et la vue à peine sensibles, bouger le moins possible pour juste être. Être totalement que c'est tout juste si on en perçoit les limites.

    Que l'éternité soit le matin sans cesse recommencé.

     

     

     


    votre commentaire
  • Cette année fut peu chargée en nouveautés. Le travail et le moral parfois un peu en équilibre, j'ai peu eu la curiosité intellectuelle nécessaire pour partir beaucoup à l'aventure. J'ai préféré le confort des séries dans lesquelles on se love avec familiarité ainsi que les saisons courtes rapidement bouclées. Petit retour sur mon parcours sériephile 2013.

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • ... on trouve:

     

    Sur mon étagère... de CDs 

    - Mutatis Mutandis de Juliette: son meilleur album en ce qui me concerne. J'aime les chansons à texte mais je préfère encore plus quand il y a de la bonne musique. Ici, s'enchaînent des petits chefs d'oeuvres, de la légende de Circé à une réécriture des soeurs Papin, d'une lettre de poilu (en duo avec Guillaume Depardieu) aux aventures d'héroic-fantasy. Un album varié aux arrangements au poil. (À écouter aussi, sur l'album Bijoux et babioles, ma chanson préférée de Juliette: "La petite messe solennelle"...)

     

     

     

     ***************************************************************************************************************

     

    Sur mon étagère... de CDs

    - un best-of de Jacquel Brel: s'il faut absolument que le monde se divise en deux camps (Stones ou Beatles, Mac ou PC), je ne serai pas du camp de Brassens mais de celui de Brel. Alors certes, ses chansons sont plus sirupeuses et moins "prof de français tendance lettres classiques" que celles du monsieur à la moustache, mais il y a chez Brel une émotion qui me tord souvent le ventre. Il n'y a qu'à écouter "Ces gens-là" et le déchaînement à l'arrivée de Frida, ou bien "La chanson des vieux amants", ou encore "À mon dernier repas", ou "La Quête". Finalement, à retourner dans le temps, c'est lui que j'aurais voulu voir sur scène.

     

     

     

      ***************************************************************************************************************

     

    Sur mon étagère... de CDs

    - American III de Johnny Cash: pourquoi cet album de Cash plutôt qu'un autre? Parce que c'est mon papa qui me l'a offert peut-être. Il n'y a pas vraiment de raison en fait, c'est juste l'album que je connais le mieux et celui qui m'accompagne. Le riff de "Solitary Man" me fait planer, et si chaque chanson a une couleur unique, le tout forme un ensemble cohérent. Johnny Cash, c'est comme Bob Dylan, je ne cherche jamais à écouter une chanson en particulier, je veux juste retrouver leur voix et leur univers.

     

     

     

     

      ***************************************************************************************************************

     

    Sur mon étagère... de CDs

    - Palais des Congrès 1993 de Serge Reggiani: le Reggiani du milieu des années 90 qui a la voix déjà fendue par l'âge mais qui chante encore juste et avec puissance est celui que je préfère. Je connais cet album par coeur et ai pourtant toujours la poitrine qui se serre quand j'entends "Il suffirait de presque rien", la boule dans la gorge quand il hurle "Il faut vivre", le coeur qui chavire quand il chante tendrement "Ma fille".

     

     

     

      ***************************************************************************************************************

    - I am a bird now de Antony and the Johnsons: sa voix me transporte et ces chansons touchent au sublime. Avec modération mais impératif sur l'étagère.

     

      ***************************************************************************************************************

    Sur mon étagère... de CDs

     

    - Les albums rouge et bleu des Beatles: ai-je vraiment besoin de commenter?

     

     

     

     

      ***************************************************************************************************************

     

    Sur mon étagère... de CDs- Once More With Feeling et Doctor Horrible's sing-along blog de Joss Whedon (en gros): la vertu des comédies musicales made in Whedon, c'est que les chansons sont réécoutables à l'infini et ne sont pas que des accessoires pour l'image. Le genre de CD que je mets à fond et sur lequel je chante sans vergogne. Mes chansons préférées: "Walk through the fire" et "My eyes". À noter que le commentaire musical de Doctor Horrible est lui aussi très bon. Must be bunnies. (Pardon.)

     

     

      ***************************************************************************************************************

     

    Sur mon étagère... de CDs

    - Sigh no more et Babel de Mumford and Sons: cela fait deux ans que je les écoute sans jamais me lasser. Chez moi, qui passe assez vite d'une obsession à l'autre, c'est un signe qui ne trompe pas! "Dustbowl Dance" est ma préférée (en un sens on y retrouve cette envolée de "Ces gens-là") mais il n'y en a aucune que je n'adore pas. Merci Lone Star pour la découverte. (s'écoute très fort)

     

     

     

    Oui, je sais, je n'ai pas des goûts très "cool"...

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique